Association Québécoise des Professeurs de Français

État des lieux de l’enseignement du français

Date de soumission : 14/12/2014

1. L’ASSOCIATION DES PROFESSEURS DE FRANÇAIS
Oui
Tableau association
Nom de l’associationEffectifsAffiliation FIPF
Association québécoise des professeurs de français600Oui

Précisez la proportion d’enseignants membres de votre association par niveau d’enseignement * :

1%
14%
70%
15%
1.2. L’association et son environnement institutionnel national et international
Oui
L’AQPF peut être invitée à participer à différents comités ponctuels pilotés par le Ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport ou elle peut être sollicitée pour donner son avis sur certains points concernant la formation continue des enseignants, la qualité de l’enseignement du français auprès de différents organismes entre autres le Conseil supérieur de l’éducation ou le Conseil supérieur de la langue française du Québec.
1.3 Rapports internationaux
Non
Non
Oui
La Société Saint-Jean Baptiste, Le mouvement Impératif français, l’Office de la langue française du Québec, Le Centre de la francophonie d’Amérique. Il y a plusieurs associations au Québec qui œuvrent en faveur de l’usage, de la promotion et de la survie de la langue française au Québec, au Canada et en Amérique.
Promouvoir la langue française, voir au respect de la loi 101, une loi dans laquelle est enchâssée la Charte de la langue française qui fait du français la langue première au Québec, soutenir la langue française en Amérique.
Je n’ai aucune idée des effectifs de l’une ou l’autre de ces associations.
2. L’ENSEIGNEMENT DES LANGUES ET DU FRANCAIS
LVE 1 (préciser)LVE 2 (préciser)LVE 3 (préciser)LVE 4 (préciser)Commentaires
PrimaireLa langue officielle au Québec est le français. Il existe par ailleurs deux réseaux d’enseignement, un réseau scolaire francophone qui s’adresse aux québécois de langue française et aux immigrants qui doivent obligatoirement envoyer leurs enfants à l’école française jusqu’au CEGEP (une étape après le secondaire qui correspond à la 12e année de scolarité). Le réseau scolaire anglophone reçoit les enfants dont au moins un des parents a fait la majorité de ses études primaires en anglais au Canada ou les enfants dont un des parents est citoyen canadien et fait ou a fait la majeure partie de ses études primaires ou secondaires en anglais au Canada, de même que leurs frères et sœurs. Dans le cas du réseau francophone (60 commissions scolaires et 194 écoles privées), la langue seconde est l’anglais et la langue tierce qui est enseignée à une minorité d’élèves est l’espagnol. Pour apprendre une autre langue, il faut souvent se tourner vers le privé ou attendre au CEGEP ou à l’Université. Dans le cas du réseau anglophone (9 commissions scolaire et 38 écoles privées), la langue seconde est le français et la langue tierce est l’espagnol qui est enseignée à une minorité d’élèves. 3 commissions scolaires ont un statut particulier et représente 0,4 % de la population scolaire. On y trouve des écoles bilingues 0,3% ou de langue amérindienne 0,1%
secondaire
Supérieur
LVE 1 (préciser)LVE 2 (préciser)LVE 3 (préciser)LVE 4 (préciser)Commentaires
Primaire499562041On peut dire qu’environ 14 % des élèves au Québec fréquentent le réseau anglophone au primaire et au secondaire. Au niveau collégial et universitaire (cycle supérieur) environ 27 % des effectifs fréquentent le réseau anglophone. Par ailleurs, l’immigration, principalement à Montréal, est très importante, les élèves issus de l’immigration récente représentaient en 2007-2008 18,4% de l’ensemble des élèves du Québec. À Montréal, en 2011, plus de 55,8% des élèves du réseau scolaire francophone public sont allophones et 40,6 % des élèves de ce réseau n’ont ni le français, ni l’anglais comme langue maternelle en 2009 sur l’île de Montréal. Les données fournies dans ce tableau sont tirées du document : Statistiques de l’éducation, Enseignement primaire, secondaire, collégial et universitaire, Édition 2011, Québec. Les nombres indiqués dans ce tableau datent de 2009-2010 Simon Colin, Thierry Karsenti, Sonia Fréchette, Vitmira Murataj, Réginald Fleury,« Les élèves allophones au Québec : le FLS revisité », Québec Français 163, automne 2011
secondaire821381589
Supérieur105084
2.3. Effectifs des apprenants de français*
PréscolairePrimaire (école de base)Secondaire
91430463229767870
Dès la première année dans le réseau anglophone et dès le préscolaire dans le réseau francophone
Je suis embêtée pour répondre à cette question. Que veut-on dire ? Parle-t-on de l’enseignement spécifique de la langue ou d’un enseignement qui se donne en français ? On regardera ici le nombre d’heures d’enseignement du français selon le réseau. Voici ce que dit Le régime pédagogique de l’éducation préscolaire, de l’enseignement primaire et secondaire au 1er mai 2014. Le nombre d’heures est donné cependant à titre indicatif et les écoles peuvent en offrir plus ou moins selon ce que décide chaque conseil d’établissement.

Primaire 1er cycle: 9h/sem. pour le réseau francophone et 1 à 3h/sem. pour le réseau anglophone
Primaire 2ème et 3ème cycle: 7h/sem. pour le réseau francophone et 1 à 3h/sem. pour le réseau anglophone
Secondaire 1er cycle (1ère et 2ème année du secondaire): 200h/an ou 40 heures pour le cycle pour le réseau francophone et 150h/année ou 300 heures pour le cycle pour le réseau anglophone
Secondaire 2ème cycle, 3ème année: 200 heures pour le réseau francophone et 150 heures pour le réseau anglophone
Secondaire 2ème cycle, 4ème année et 5ème année: 150 heures/année pour le réseau francophone et 100 heures/année pour le réseau anglophone

3. L’ENSEIGNEMENT EN FRANCAIS (le cas échéant)*
3.1. Effectifs des apprenants
3.1.1. Enseignement public
PréscolairePrimaire (école de base)Secondaire
77812384011596470
3.1.2. Enseignement privé
PréscolairePrimaire (école de base)Secondaire
40502624186332
3.2. Si le français n’est pas la seule langue d’alphabétisation puis d’enseignement
Dès le préscolaire dans le réseau francophone et dès la première année dans le réseau anglophone.
VOIR LA RÉPONSE FAITE PLUS HAUT
Autre langue 1 (préciser)Autre langue 2 (préciser)Autre langue 3 (préciser)Commentaires
PrimaireAnglais
secondaireAnglais
SupérieurAnglais
Non
3.5. Établissements où l’enseignement se fait majoritairement en français
3.5.1. Établissements nationaux
DésignationCycles (niveaux)Nombre d’élèves
Commissions scolaires Tous les cycles1 058 293
Nombre total d’apprenants
PréscolairePrimaireSecondaire
77812 384 011596 670
3.5.2. Cursus professionnels en français  (à extraire du total mentionné ci-dessus en précisant leur objet : hôtellerie, tourisme…)
Intitulé du certificatEffectif
Formation professionnelle secteur jeune et adulte117 506
3.5.3. S’il existe un enseignement de type « écoles bilingues »
3.5.3.1. Quel est l’effectif concerné par niveau ?
NiveauNombre d’heures/semaineEffectif
3.5.3.2 Quelles sont les DNL (disciplines non linguistiques) proposées en français ?
NiveauNombre d’heures/semaineEffectif
3.6. Établissements français
PrimaireSecondaireSupérieur
3.7. Autres établissements internationaux (en dehors des établissements homologués par la France)
DésignationStatut (public, privé, étranger)Nombre d’élèves
4. PROGRAMMES et CONTENUS
4.3. Les objectifs des programmes vous paraissent-ils :
5. LES PROFESSEURS DE FRANÇAIS*
5.1. Nombre
PrimaireSecondaireSupérieur
22 300 dans le réseau francophone public6 800 dans le réseau francophone publicenviron 18 500 enseignants au collégial
Aucun
1500
30 000
Non
Les titulaires au primaire enseignent l’ensemble des disciplines. Au secondaire, il est possible qu’un enseignant de français enseigne d’autres matières, mais il s’agit d’une minorité.

Au primaire, le titulaire enseigne toutes les disciplines sauf les arts et l’éducation physique et l’anglais langue seconde. Au secondaire, il arrive que les enseignants enseigne une autre discipline que le français, mais ce n’est pas toujours le cas.
Non
Oui
Enseignant du préscolaire et du primaire : 47 296 $ (en 2011) (Gouvernement du Canada, Service Canada sur la page Internet :
http://www.servicecanada.gc.ca/fra/qc/emploi_avenir/statistiques/4142.shtml
Consultée le 24 mai 2014)

Enseignant du secondaire : 49 877 (en 2011)
Enseignant au cégep : 54 766 $ (en 2011)
Enseignant à l’université : 87 383 $ (en 2011)
5.5. La formation des professeurs
Ils ont généralement un Baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire ou un Baccalauréat en enseignement secondaire, au niveau supérieur.
Au cégep, ils détiennent un baccalauréat souvent en littérature ou en études françaises ou en lettres et une maitrise dans les mêmes domaines, pour certains s’ajoutent une formation en pédagogie. À l’université, ils détiennent un doctorat en didactique ou en sciences de l’éducation ou dans un champ d’expertise connexe.
Voir 5.5.1
Pour enseigner au Québec au primaire et au secondaire il faut détenir un permis d’enseignement.
Oui
Oui
Oui
Nous organisons un congrès par années au cours duquel sont offerts une 100 d’ateliers ou de stages sur des problématiques en lien avec l’enseignement du français. Nous offrons également (2 à 3 fois par année) dans différentes régions du Québec des ateliers de formation en soirée.
Congrès
Oui
Tableau départements francais
DésignationEffectifs année 1Année 2Année 3Année 4 et +
Université de Montréal
Université du Québec à Montréal
Université du Québec en Outaouais
Oui
Tableau instituts formation
DésignationEffectifs année 1Année 2Année 3Année 4 et +
Université du Québec en Abitibi Témiscamingue
Université du Québec à Chicoutimi
Université du Québec de Trois-Rivières
6. VALEURS VEHICULEES
Économique
Culturelle
Démocratique
Autres
7. MOTIVATION
8. EVOLUTIONS PREVISIBLES POUR L’ENSEIGNEMENT DU FRANÇAIS
9. EVOLUTIONS SOUHAITEES
10. TEMOIGNAGES SUR LES CONDITIONS D’ENSEIGNEMENT